Flux de trésorerie: qu’est-ce que c’est et comment le calculer ?

Le flux de trésorerie ou le cash flow s’agit d’un indicateur à prendre en considération lors de l’analyse des comptes sociaux. Comme cela arrive souvent, il est possible que le terme ait été utilisé ou entendu sans en connaître pleinement le sens. Compte tenu de sa valeur stratégique pour les entreprises, il est bon d’étudier certains aspects clés, notamment ce qu’est le cash-flow, comment il est calculé et pourquoi il est nécessaire de suivre son évolution dans le temps.

Qu’est-ce que la trésorerie ?

Le cash flow est un terme anglais qui se traduit en français par  flux de trésorerie. Les flux de trésorerie font référence aux flux réels qui entrent et sortent des coffres d’une entreprise au cours d’une période donnée. Le cash-flow représente donc la somme des ressources financières nettes produites par l’entreprise sur une période donnée, qui correspond généralement à un an. La valeur du cash-flow est, en pratique, donnée par la différence entre les revenus et les dépenses de l’entreprise : à ce titre, c’est un indicateur qui peut être utilisé pour désigner la liquidité d’une entreprise et renseigner sur sa situation financière. Les évaluations des flux de trésorerie actualisés est un système de tarification que les professionnels de l’investissement comme l’expert comptable Saint-Gilles utilisent pour déterminer la valeur des actions.

Le cash-flow est donc un indicateur de la capacité de l’entreprise à générer de l’argent, à se financer pour faire face à ses engagements sociaux et rémunérer les salariés. Le flux de trésorerie diffère du bénéfice net qui est la différence entre les revenus et les coûts encourus au cours d’une année. Dans le cas où il n’y a pas de report de paiement et que les factures sont reçues et émises dans les délais impartis, le flux de trésorerie et le bénéfice coïncideront. Prenons un exemple :

Je vends 1000 euros de produits et j’ai 700 euros de frais : mon bénéfice est de 300 euros ;

si à la fin de l’année j’ai récupéré tout ce que j’ai vendu et payé tout ce que j’ai acheté, à la fin de l’année il aura 300 euros. Mon cash-flow sera donc égal au bénéfice de l’année ;

Dans le monde réel, cela ne se produit généralement pas car il y a presque toujours des retards pour payer les fournisseurs et se faire payer par les clients, c’est pourquoi il est bon de garder les deux quantités distinctes et séparées.

Le flux de trésorerie financiers

Le terme flux de trésorerie financier est utilisé parce que le flux de trésorerie est une mesure de la capacité d’une entreprise à se financer. Une entreprise incapable de générer des flux de trésorerie doit nécessairement revoir les caractéristiques de sa gestion et trouver une solution pour y remédier.

En pratique, il arrive que chaque fois qu’une entreprise accorde un crédit à ses clients, elle les finance. Par conséquent, elle doit disposer des ressources nécessaires pour pouvoir réaliser un tel financement. Dans le cas contraire, ses ressources financières seront absorbées pour permettre l’octroi de crédit aux clients et soustraites à d’autres besoins, comme le paiement des fournisseurs.

Le flux de trésorerie d’exploitation

En réalité, il n’y a pas une seule façon de calculer les flux de trésorerie, tout comme il n’y a pas de concept unique de flux de trésorerie. Généralement, on distingue le cash-flow opérationnel (Free Cash Flow From Operations), qui découle de la gestion caractéristique de l’entreprise, et le cash-flow non opérationnel (Unlevered Free Cash Flow) qui prend en compte d’autres opérations de trésorerie, telles que être le paiement de dividendes ou l’octroi de prêts. La somme entre les deux génère le Flow to Equity, ou le Cash Flow total.

Pour entrer dans le détail, le calcul du cash-flow est une opération qui revêt une importance fondamentale pour de nombreux facteurs :

c’est tout d’abord un outil qui, soutenu par le suivi constant des flux de trésorerie de l’entreprise, vous permet de gérer au mieux votre trésorerie et vos liquidités disponibles ;

d’autre part, il permet d’apparaître fort aux yeux des banques et des fournisseurs quant à la capacité de l’entreprise à générer des flux de trésorerie et donc à sa solvabilité financière ;

Enfin, elle attire également l’attention des investisseurs et actionnaires très intéressés par la trésorerie d’une entreprise car celle-ci est un indicateur de la possibilité réelle de pouvoir faire face à des aléas grâce à la disponibilité accumulée dans le temps.

Comment calculer les flux de trésorerie ?

Le cash-flow d’exploitation peut être calculé à partir du résultat d’exploitation auquel s’ajoutent tous les coûts non monétaires, tels que les provisions pour amortissements ou indemnités de départ, et en soustrayant la variation des créances et dettes du début à la fin de l’année. Prenons un exemple numérique :

  • le résultat d’exploitation est de 150
  • l’amortissement est de 40, tandis que les provisions pour indemnité de départ sont de 25
  • la variation des créances et dettes est de 45
  • le cash-flow sera de 150 + 40 + 25-45 = 170,

À la lumière de ce que nous avons vu jusqu’à présent, il est plus facile de comprendre à quel point le cash-flow d’une entreprise est l’une des quantités financières les plus importantes pour une entreprise, au point de pouvoir affecter son succès ou son échec.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *